• Que les apparences soient belles car on ne juge que par elles.

    J'aurais pu vous parler de ma vie, de mon purpura thrombopénique idiopathique, de mes hospitalisations, mes traîtements, mes perfusions et mes divers régimes. J'aurais pu vous parler de mes années de collège, où Karim n'avait que le mot "GROSSE" à la bouche en guise d'appellation. J'aurais pu vous parler des corticoïdes et de mes kilos en trop. J'aurais pu vous parler de l'internat, de mon quatrième étage et de la fameuse chambre 413, plus communément appelée Chambre des WINNEUSES. Tout comme j'aurais pu vous parler de mon année de Terminale S qui est maintenant belle et bien terminée, de mon lycée, des gens que je coitoie et de notre voyage en Chine qui s'est déroulé en Février. J'aurais pu vous parler de Paul et de ses gentillesses à mon égard. Ou encore, j'aurais pu vous parler de mon arrière-grand-mère avant qu'elle ne disparaisse il y a quelques temps. J'aurais pu vous parler de la vie à la campagne, des 40minutes de voiture pour aller jusqu'au lycée, avec les splendides arbres de l'A64, de la vie ici au fond du pays basque, de la verdure et de l'envie de grande ville. J'aurais pu vous parler des mûres qu'on ramasse avec ma soeur pour faire de la confiture, de ma grand-mère qui est 10x plus qu'une simple "mamie gâteau", des parties de belote avec ma soeur, ma grand-mère et mon feu grand-père. Peut-être aurait-il fallu que je vous parle de notre conception de la famille vraiment fabuleuse, de l'importance qu'on attache à nos ailleuls. D'ailleurs j'aurais pu vous parler d'Alexa, ma soeur jumelle à laquelle je ne ressemble en aucun cas. J'aurais pu vous parler de Marion et Mathilde deux filles extraordinaires, ou bien de Pauline grâce à qui j'ai passé une excellente année l'an dernier et dex excellentes sorties depuis. J'aurais pu vous parler de Naffaroaren Eguna, Lapurtaren Biltzarra, Herri Urrats que j'attends avec impatience. Je pourrais vous parler de Nina et Elsa qui sont réellement timbrées. Ou bien, j'aurais pu vous parler de nos compatriotes internes, tout comme du festival des lycéens. Je pourrais vous parler de MON pays, et de ses traditions. J'aurais pu vous parler d'IZAKI, de Ihauteri et des Mascarades. Ou bien du Patxaran. Je pourrais vous parler de tout ces capots, ces joints roulés au près de Mathilde, de la chicha que j'ai eu à 140DH, de Gabrielle et ses paroles "un soupçon" m'a-t-elle dit. J'aurais pu vous parler de Marie-Eve. J'aurais pu aussi vous parler de la fameuse salle 303, ou de la Cavailles. Je pourrais vous parler du régime que je suis scencé faire et sûrement des 20kilos en trop que j'ai sur les hanches. J'aurais pu vous parler de mon frère qui est au Gabon depuis décembre et qui me manque énormément. Je pourrais vous parler de l'année qui vient de s'écouler et qui au final est moins exécrable que ce que j'aurais pu imaginer. Tout comme j'aurais pu vous parler de mon complexe d'infériorité vis à vis d'une personne. J'aurais pu vous parler de mes splendides vacances trop courtes avec EHZ, Paris, Le Maroc, et toutes ces fêtes de villages. J'aurais pu vous parler de Xabi et de tout ce qu'il me dit, d'Adeline et son rire, Oscar et ses mains baladeuses, de Ligia et son art, de François et son frère, de Fanny et sa farine, de Laura et sa mousse au chocolat, de Manon et sa salopette. Je pourrais vous parler de mes seins qui sont trop gros pour moi. Peut-être j'aurais du vous parler de moi, de ma vie, de mes envies. De mes envies de métiers futurs, de mes passe-temps, de mon emploi du temps, de la conduite accompagnée, de la danse ou du txistu. Peut-être j'aurais pu vous dire plus tôt que je ne conçois pas de vivre toute sa vie avec la même personne, mais que je meurs d'envie de la passer à ses côtés. Je pourrais vous parler de Claire aussi. Ou de Charles, une des personnes les plus intéressantes. Je pourrais vous parler de l'école que j'ai envie de faire dans quelques mois, et de ma vie d'étudiante, de l'appartement en colocation à Paris dans le 11ème avec Valentine et Marie. Tout comme je peux maintenant vous parler des thés à la menthe a 2euros au café de la Mosquée. J'aurais pu vous parler d'un nouveau problème qui s'ouvre à moi, et dont je connaissais l'existence depuis plus de 2ans. Mais ce problème a été très récemment remis en question grâce à une personne. Je pourrais vous parler d'elle d'ailleurs, et de sa gentillesse... Mais il n'y a pas qu'elle. J'aurais pu vous parler de David et Edith, deux personnes au talent respectif exceptionnel, deux personnes avec lesquelles on ne peut rester la même, deux personnes grâce à qui on passe des soirée de folie et des après midi de feu. Mais aussi Thomas et François qui sont tout simplement génialisimes, de mes nouvelles rencontres parisiennes, dont Florian qui doit dès lors nous prendre pour des cinglées finies. J'aurais pu vous parler des performances qu'on a pu faire, comme celles des vers de terre dans une boite en échafaudages ou des anthropométries qui nous ont coutés une réputation de filles qui "posent à poil pour des blogs". Je pourrai vous parler de tous ces thés a 2euros50 achetés au Kalaka a Bayonne, ou bien des sténopés et diverses photos prises avec les filles. J'aurais pu vous parler du chinois qui est une des langues les plus belles au monde. J'aurais pu vous parler de mes problèmes divers. J'aurais pu vous parler de Ballet biarritz, et de ma famille. J'aurais pu vous parler Julien. Tout comme de Jan-Loup. J'aurais pu vous parler de mon admiration pour Clarisse et de la filière que j'avais choisi de faire. J'aurais pu...

    Mais on remarque une chose, on s'attache et on prend importance à des choses bénines et peut-être arrive-t-on même à oublier l'essentiel...

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :